Malasana, la guirlande

Malasana, la guirlande

Nous restons trop longtemps assis et notre corps n’apprécie pas forcément…Les bienfaits de l’accroupissement.

Les bienfaits : En malasana, certains muscles se relâchent et vous permettez au sacrum d’avoir un mouvement libre. Etire le dos, ouvre les hanches, améliore le système digestif. Notre échec à nous accroupir a des implications biomécaniques et physiologiques et nous sommes moins ancrés.

Une grande partie de la population mondiale le fait encore quotidiennement, que ce soit pour se reposer, pour prier, pour cuisiner, pour partager un repas ou pour aller aux toilettes. S’accroupir est aussi une position associée à cette partie la plus fondamentale de la vie : la naissance.

Celon le Dr Bahram Jam, physiothérapeute et fondateur de l’Advanced Physical Therapy Education Institute (APTEI) en Ontario, au Canada. Chaque articulation de notre corps contient du liquide synovial. C’est l’huile dans notre corps qui nourrit le cartilage. Deux choses sont nécessaires pour produire ce fluide : le mouvement et la compression. Donc, si une articulation ne traverse pas toute cette gamme – si les hanches et les genoux ne dépassent jamais 90 degrés – le corps dit «je ne suis pas utilisé» et commence à dégénérer et arrête la production de liquide synovial.

En pratique, malasana, posez vos talons parallèles, pieds à plat dans l’idéal. En flexion avant, descendez vos mains vers le sol. Pointez vos orteils vers l’extérieur de sorte que vos hanches soient ouvertes. Pliez vos genoux et descendez vos hanches vers le sol, en position accroupie, à la hauteur qui sera confortable pour vous. Gardez vos genoux dans le même axe que vos chevilles.Vous pouvez vous mettre sur la pointe des pieds, si vous manquez de souplesse. Attention aux genoux, il ne faut pas sentir de tiraillement. Placez vos coudes à l’intérieur de vos cuisses, en les poussant légèrement vers l’extérieur, et joignez vos mains en namaste au centre de votre poitrine. Gardez votre colonne vertébrale étirée. Imaginez comme un poids au niveau du coccyx pour descendre un max vers le sol. Agrandissez vous. Éloignez les oreilles des épaules. Respirez profondément. Renouvelez autant de fois que vous le pouvez. Inspirez pour vous relever.

Namaste

Pic “Oeil du Yak”

Laisser un commentaire