Aparigraha

APARIGRAHA

Le non attachement, le lâcher prise

Ce yama nous invite vers le détachement à l’égard de ses pensées, de ses émotions. Aparigraha est la 5ème “valeur morale” du yoga aux 8 membres de Patanjali. Il est présenté après ahimsa (non violence), satya (authenticité), asteya (honnêteté), brahmacarya (tempérance au service d’un idéal absolu) . Lorsque ces quatre qualités sont établies, alors le désintérêt pour tout ce qui n’est pas indispensable peut émerger.

Dans la pratique yogi, aparigraha, nous tend à ne pas forcer dans des postures trop avancées.

Réaliser l’asana sans désir de récompense. On peut aller plus loin dans la traduction : ne pas en vouloir toujours plus et ne pas se comparer aux autres pratiquants ou à la posture que nous avons pratiquée la veille. Se laisser porter par l’expérience en elle même.

L’idée est de se libérer des pensées, des émotions et des possessions qui ne nous sont  plus nécessaires, car elles créent une attente ou des habitudes qui ne sont pas constructives.

Notre mental commente et juge que l’expérience n’a pas été celle que nous avions projetée alors nous sommes déçu.

L’attachement à l’ impermanence est la cause de la souffrance, Dukkha.

En appliquant le principe du non-attachement, nous ouvrons les possibles à ce qui se déroule et à ce que nous sommes ici et maintenant. Nous ne sommes plus affectés par la peur de perdre ou de manquer car nous ne vivons pas dans le passé ou dans le futur.

Le mental est lui même impermanence  et pour gagner le détachement et la liberté intérieure il faut se placer dans l’espace en nous qui lui, reste permanent quoi qu’il advienne.

Espérant vous éclairer, avec joie,

Namaste,

Gaëlle

 

 

Cette posture est une variation de Tittibhasana.

Laisser un commentaire